Accueil du site > Tests > Partisans 1941 - Test sur PC

Partisans 1941 - Test sur PC

jeudi 7 janvier 2021, par Webmaster

Ce n’est pas seulement avec de grands bataillons et des invasions de plages françaises que les nazis ont pu vaincre pendant la Seconde Guerre mondiale. Une grande partie du travail pour endurer la lutte quotidienne des affrontements a été laissée aux groupes de résistance locaux, qui ont fait face non seulement aux ennemis mais à certains de leurs compatriotes qui ont décidé de retourner leurs vestes du côté où le vent soufflait. Bref c’était du sérieux, on était pas à Jackpotcity Casino, mais dans les bas fonds luttant chaque jour pour la survie, ce n’était pas un jeu de hasard comme au casino, même si les résistants jouaient parfois à la roulette russe avec leur vie.

Dans Partisans 1941, nous sommes responsables de porter le drapeau de la résistance derrière les lignes ennemies, tout en maintenant la banderole de la décence humaine contre l’Axe. Faisant partie d’un groupe de partisans soviétiques, nous utilisons nos compétences pour déstabiliser et empêcher l’avancée nazie sur notre patrie.

En dehors de l’objectif des grandes batailles militaires souvent montrées dans d’autres jeux et films de masse, Partisans montre un côté de la Seconde Guerre mondiale moins bien documenté. Les difficultés rencontrées par ces soldats ne sont pas si glamour et finissent donc par tomber dans l’oubli. Partisans 1941 vient justement corriger ce crime contre l’histoire des vétérans.

Ce changement d’orientation a également entraîné un changement dans le genre de jeux attendu sur le sujet, laissant les jeux d’action à la première personne - axés sur les échanges de tir - et passant à un mélange de stratégie en temps réel avec furtivité et espionnage. Partir de la station Call of Duty - ou Medal of Honor - et arriver à quelque chose de plus similaire à Desperados.

Parallèlement à cela, j’ai été surpris par une autre partie de la mécanique à laquelle je ne m’attendais pas : la gestion du camp. Bien sûr, il est essentiel pour une bonne guérilla - ou des partisans dans le cas soviétique - d’avoir une excellente gestion des personnes, des ressources et des actions, mais je n’imaginais pas que je recevrais cette possibilité dans Partisans 1941, et encore moins que ce serait si agréable.

Faisons un détour avant de revenir pour donner plus de détails sur la mécanique, parlons du récit des Partisans 1941. En ce qui concerne les difficultés des membres du groupe, ils sont introduits petit à petit et nous avons des opportunités de mieux comprendre leur passé, leurs motivations, objectifs et capacités, ajoutant beaucoup à l’expérience et ajoutant de l’excitation pendant les missions.

Cette croissance et ces évolutions sont également perceptibles pendant le jeu par un mécanicien RPG qui vous permet d’améliorer les personnages avec de nouvelles compétences entre les missions. Un pas de plus dans le sens de la croissance des personnages qui se traduit par quelque chose de positif également pour les joueurs.

Graphiquement Partisans 1941 n’a rien de spécial, mais il offre une combinaison efficace de style et de fidélité visuelle qui va bien avec la proposition du jeu. Malheureusement, la partie qui traite de la compréhension visuelle des points d’interaction n’est pas si heureuse dans ses choix. Il est souvent difficile de comprendre où et comment gérer les choses que vous voulez faire pour atteindre les objectifs de la mission.

En quittant le raccourci fait plus tôt, revenons à la mécanique du jeu. Comme je l’ai mentionné plus tôt, ma partie préférée de Partisans 1941 se déroule entre une mission et une autre et concerne la gestion de la base d’opérations des Soviétiques. Choisir qui est responsable de la nourriture, des bâtiments, des opérations publicitaires et autres incursions et en observer les résultats est agréable et laisse toujours le sentiment d’en vouloir plus.

Malheureusement, l’autre partie n’est pas si satisfaisante. Lorsque vient le temps des missions elles-mêmes, nous décidons de l’inventaire de chaque membre de la résistance et il est temps d’aller sur le terrain. Avoir des objectifs clairs pour chaque scénario, la plupart du temps, le choix de la façon de les attaquer est à notre discrétion, ayant des entrées et des méthodes différentes pour chaque mission.

Le mouvement des personnages n’est pas aussi fluide qu’il le faudrait pour le niveau de demande par rapport à la difficulté de Partisans 1941, les tirs sont aussi précis que ceux de d’un stormtrooper bourré et les ennemis, apparemment, sont soit tous des experts en distance, soit disposent de matériel kevlar environ 30 ans de son invention en fait.

Pour lutter contre tout cela, Partisans 1941 offre des points de sauvegarde fréquents et nous permet d’essayer encore et encore afin d’atteindre l’objectif tant attendu de la scène, même s’il faut quelques heures pour tuer même un petit groupe d’ennemis.

Enfin, Partisans 1941 raconte une histoire intéressante, offrant une croissance notable à la fois des personnages et des compétences des joueurs jusqu’à la fin de l’histoire. Les points négatifs du gameplay d’un côté sont compensés par des points de qualité de l’autre côté et tout genre d’équilibre sur un résultat minimalement valide.

Note : 13/20

Répondre à cet article


Nintendo Switch - Sony Playstation 4 et PS Vita - Microsoft Xbox One - Jeux Vidéo PC - Jeux Vidéo Smartphone - Jeux Vidéo - Forum Cel - Cinéma, DVD et Blu-Ray - Mangas et Animation - Webou.com - Buffy, Angel, Firefly & Dollhouse

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0