Accueil du site > Tests > Deponia Doomsday - Test sur PC

Deponia Doomsday - Test sur PC

vendredi 25 mars 2016, par Gemeni

Recette pour un Point & Click d’aventure façon déponienne (pour 1 personne).

Ingrédients :

- 1 quantité suffisante de déchets et d’ordures bien juteuses
- 1 poignée de personnages pas trop frais
- 1 problème temporel très mûr (gros si possible le problème)
- 1 douzaine de difficultés franchement velues
- 5 grandes louches rases d’humour et situations ubuesques
- 2 pincées de dérision et 1 zeste d’ironie
- 1 shaker

Préparation :

Prenez votre shaker, versez-y la quantité de déchets et ordures jusqu’à mi-hauteur. Ajoutez-y les autres ingrédients en prenant soin de respecter l’ordre préconisé ci-dessus. Verrouillez le couvercle en veillant à ce que le shaker soit fermé hermétiquement. Agitez-le vigoureusement pour bien mélanger le tout. Attendez quelques minutes avant ouverture.

Et vous obtenez......PIOUUUUU......une mixture innommable qui vous fait remonter la bile du plus profond de l’estomac jusqu’au bord des lèvres !

J’ai pourtant respecté scrupuleusement les consignes ?! Le souci doit se poser au niveau de la quantité d’ordures qui n’est pas réellement précisée. Je devrais en ajouter un peu. Prenons un contenant plus grand et voyons ce que cela va donner. Si je laissais mes pensées me guider, je verrai bien la baignoire et un batteur électrique...

Après le second échec cuisant, les premières plaintes du voisinage pour l’odeur et les chats retrouvés agonisants dans la rue, aux pieds de la poubelle où je m’étais débarrassé de la préparation précédente, je me résigne : il doit y avoir un ingrédient secret. Le plus frustrant c’est que depuis quatre ans "Daedalic Entertainment" parvient à nous concocter, toujours avec la même recette, un plat légèrement acidulé, mais succulent, sans jamais le laisser attacher, alors que même mon clafoutis devenu mythique... il m’arrive parfois de le louper ! Ils l’ont pourtant laissé reposer depuis un moment leur tambouille, mais malgré tout ce temps à trôner sur un tas d’immondices, ça sent toujours bon les petites fleurs de printemps.

Dans "Deponia Doomsday", vous (ré)incarnez donc ce brave Rufus qui, avec toute la meilleure volonté du monde, va tenter de palier aux nombreuses catastrophes dont il sera "plus ou moins" le responsable. Il est vrai que le pauvre garçon est un véritable aimant en ce qui concerne les déboires, y compris amoureux. On peut facilement imaginer les difficultés d’une demoiselle à supporter continuellement les prouesses du jeune homme, cela dit, moi qui soupçonnais déjà la femme de mon meilleur ami d’un lien de parenté avec un certain Kim Jong-un, il faut bien dire qu’il ne se choisit pas les plus tendres non plus.

C’est ainsi que vous allez, tant bien que mal, vivre tout un tas d’embrouilles et d’enchaînements de situations loufoques et improbables qui n’auront de cesse de vous surprendre... et de vous dérider ! Il va falloir vous glisser dans la peau du personnage, ce qui n’est pas très tentant au début, je vous l’accorde, mais on s’habitue rapidement vous verrez, et c’est un passage obligé sans quoi vous allez avoir grand mal à vous en sortir et à sauver tout le monde.

D’ailleurs veuillez prêter attention aux deux captures d’écran ci-dessous...

Non, non ! Il ne s’agit pas de trouver sept différences entre ces deux images, mais plutôt d’attirer votre attention sur leur point commun. Vous ne voyez pas ? LA SAUVEGARDE Vous pouvez accéder à cette fonction via la page d’accueil (image de gauche) mais également par le biais de la petite disquette en haut à gauche du menu des objets que vous possédez (image de droite). Vous pensez sans doute que l’on insiste inutilement sur ce point et que l’on vous prend pour des amateurs ? Détrompez-vous ! Il faudra l’utiliser régulièrement et, conseil de la rédaction, ABUSEZ-EN ! Sans quoi certaines parties du jeu parviendront à vous rendre hystérique et, tout comme les mauvaises odeurs, les voisins tolèrent visiblement mal les hurlements...

Esthétiquement c’est du bel ouvrage, dans la lignée des autres aventures de Rufus, et les développeurs ont fait preuve de beaucoup d’inventivité, une fois de plus, tant pour les décors que pour les personnages et l’humour présent à chaque monticule de détritus. Au point de se demander où ils peuvent bien aller chercher tout ça et si eux-mêmes n’auraient pas un peu forcé sur la bouteille de Pisse de Moucherons... ?! D’ailleurs il sera nécessaire de déployer toute votre imagination pour vous mettre à leur niveau, dans le but de déjouer les énigmes qu’ils vous ont réservées et qui vont immanquablement arrêter la folle course de notre antihéros. C’est un Point & Click ! Il y a forcément une somme de puzzles et casse-tête auxquels vous allez être confronté. Vous aurez des objets à collecter, assembler, utiliser, balancer et tout ça dans une ambiance abracadabrantesque mais toutefois en utilisant une interface qui se veut simple et efficace.

De la crise de nerfs à l’éclat de rire, avec "Deponia Doomsday" vous allez passer par tous les états. Et si entre ces deux extrêmes vous restez attentif, vous allez pouvoir découvrir les clins d’oeil et références en tout genre qui ont été semés dans le jeu. Ce dernier ne manque pas, en outre, de véhiculer quelques messages pour faire le parallèle avec les souffrances que nous infligeons à notre chère planète, la Terre ! Oui, Rufus ça pourrait être moi, mon webmaster (je ne serais pas là à écrire ces lignes), votre colocataire (se serait une sacrée tuile !) ou encore vous. Et tout ceci est enrobé de musiques et sonorités, parfois malodorantes, qui ne font qu’accentuer la frénésie humoristique de la partie.

Avant d’aborder la conclusion de ce test, tirons également notre chapeau au travail réalisé sur les adaptations linguistiques. En effet, quelle que soit la langue, même sous-titrée, un grand soin a été apporté à la traduction rendant l’expérience tout aussi drôle que vous viviez au soleil des plages de Rio de Janeiro ou aux confins de la Sibérie Orientale (tiens ! ça me rappelle une autre aventure ça).

Après toutes ces heures à démêler l’imbroglio sorti de l’esprit tortueux et irrationnel des créateurs du jeu, il faut se décider à le laisser s’envoler notre pilote de montgolfière. Cela dit, sans lui, la vie nous apparaît nettement plus reposante et beaucoup moins risquée à présent... Combinant réflexion, présence d’esprit, logique (ou pas), humour et une petite place pour une prise de conscience environnementale et sociale, on peut dire qu’une fois de plus la mayonnaise a bien pris. D’ailleurs cela pourrait servir d’exemple et faire l’objet des grandes lignes à suivre du menu d’un bon et sérieux programme politique, à méditer...

Note 17/20 : "back to the...heuuu...back again and again and again..."

Répondre à cet article


Nintendo Switch - Sony Playstation 4 et PS Vita - Microsoft Xbox One - Jeux Vidéo PC - Jeux Vidéo Smartphone - Jeux Vidéo - Forum Cel - Cinéma, DVD et Blu-Ray - Mangas et Animation - Webou.com - Buffy, Angel, Firefly & Dollhouse

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0