Accueil du site > Tests > Seasons after Fall - Test sur PC

Seasons after Fall - Test sur PC

mercredi 21 septembre 2016, par Gemeni

Cocorico ! Origine France Garantie ! Du développeur à l’éditeur, en passant par le principal partenaire, le C.N.C. (Centre National du Cinéma et de l’Image Animée), tous sont situés dans l’hexagone. Ce qui n’influe pas sur la qualité du titre, ni même sur la note finale qui lui sera attribuée à la fin de cet article, nous restons toujours impartial, mais vous allez le comprendre, vu le plaisir distillé par Seasons after Fall, nous ne pouvons qu’avoir une pointe de fierté de pouvoir apposer ce drapeau tricolore sur cette production "100% française".

Notre équipe accordant une place d’importance aux jeux 2D, Seasons after Fall ne pouvait nous échapper. Développé par Swing Swing Submarine, le sous-marin jaune, et édité par Focus Home Interactive, premier éditeur indépendant français de jeux vidéo à qui nous devons les séries des Pro Cycling Manager, des Farming Simulator, celle des excellents Cities, jeux de construction de villes, ou encore le tout récent Battlefleet Gothic : Armada, l’histoire du très attachant petit renard roux laissait donc présager un titre travaillé, soigné, au caractère ludique affirmé. Confirmerons-nous ces belles promesses ? Le titre sera-t-il à la hauteur de la réputation de ces géniteurs ?

Premier constat, déjà dressé par le passé, l’inutilité de toujours céder à la "surenchère dimensionnelle" et donc de donner une troisième dimension là ou la 2D suffit amplement. Seasons after Fall en est la preuve en images et c’est tout simplement beau ! Les dessins sont formidablement réussis (cf. : les captures d’écran présentes que l’on vous a laissé gentiment) et transportent le spectateur dans un environnement en perpétuel changement, où les rayons d’un soleil d’été peuvent laisser place au froid de l’hiver le plus rigoureux en quelques instants. Ce sont bien les saisons, qui, tout comme pour le cycle de la vie sur notre planète, vont rythmer votre parcours dans le titre proposé par Focus Home Interactive, à la différence près qu’ici c’est vous qui choisissez dans quelle période de l’année il est préférable d’évoluer. Originalité, magie et finesse résument assez bien la vision des développeurs lors de la conception du scénario. Vous allez réfléchir, sourire, et peut-être même rire, et l’irrésistible voix d’Adeline Chetail à l’affût sous chaque feuille morte ou chaque flocon n’est pas étrangère à ces réactions. Comédienne de talent, nous faisant l’honneur de ses prestations dans les jeux vidéo depuis plusieurs années déjà, elle joue une fois de plus son rôle à la perfection et capte notre attention dès ses premiers mots. Nous sommes néanmoins heureux de retrouver l’infatigable Vincent Grass, acteur, conteur et narrateur "à ses heures" qui, de sa voix apaisante, sa grande sagesse et sa bienveillance parvient à freiner le tempérament fougueux de la jeune demoiselle dont les paroles "s’envolent" parfois...Entre les discours de ces deux personnages, viennent s’intercaler des passages musicaux où violas, violoncelles et autre violons s’accordent avec beaucoup de doigté pour accentuer la profondeur féerique du titre déjà bien présente visuellement.

Encore jamais exploitées dans un jeu vidéo, les spécificités de chaque saison seront les seuls outils à votre disposition. Véritable jeu de piste, dans des paysages où chaque plante, chaque minéral répond aux changements de temps, de températures, il faudra faire preuve d’un brin de logique pour voir le facétieux rouquin accomplir sa destinée. Cet infatigable compagnon se verra attribuer de nombreuses missions qu’il remplira toujours avec la même gaieté. Courant, nageant, bondissant avec une incroyable agilité, il se jouera du climat et fera de la nature qui l’entoure sa meilleure alliée, même si l’hiver il ne traînera pas trop pour ne pas voir ses petites pattes geler, alors que l’été sera l’occasion de le retrouver espiègle et enjoué... Seasons after Fall ne se contente pas de proposer une expérience de jeu pour tous, il attirera et comblera petits et grands dans un environnement enchanteur sans aucune fausse note. Il nous contera une Histoire et quelle histoire ! Tout comme les instruments qui lui apportent une dimension mélodieuse, le récit, qui nous a conquis, sonne juste du début à la fin. Fin que vous aurez l’occasion de vivre après un peu moins d’une dizaine d’heures de plaisir. Cherchant de manière méticuleuse dans tous les recoins, c’est peut-être la seule remarque que l’on puisse faire mais qui ne pèsera pas bien lourd dans la balance face à tous les points positifs dont le jeu peut s’enorgueillir. Car si ce dernier ne se classe pas parmi les plus longs titres du genre, les heures que vous y passerez seront merveilleusement remplies au point que même nous, nous nous sommes "pris au jeu", si nous pouvons le dire ainsi, et avons cherché sans relâche à en obtenir tous les "succès". Ce qui n’est pas chose fréquente une fois les jeux terminés, que nous y retournions, ni ici chose forcément facile car, juste pour l’anecdote, il y a un drôle d’oiseau qui nous a bien fait cavaler !

Il est vrai que nous hésitons toujours à être trop élogieux pour qualifier les jeux vidéo que nous testons car cela peut conduire certains lecteurs à s’attendre à des titres incroyables, et malgré la qualité de ces derniers, la déception est parfois au rendez-vous. Cette fois nous pouvons nous en donner à cœur joie car la collaboration entre Focus Home Interactive et Swing Swing Submarine a fait mouche ! Quelque soit le temps que vous y consacrerez, quelques heures ou toute une saison, la durée vous semblera toujours trop courte. Mais n’est ce pas là la rançon de la réussite, les bons moments filent souvent trop vite. Après un tel engouement dans notre rédaction, et connaissant la pluralité de genres proposée par Focus Home Interactive, nous attendons en trépignant les futures sorties déjà annoncées par l’éditeur parisien, et plus particulièrement les sombres Vampyr et Call of Cthulhu, qui ne viseront pas du tout le même public et dont la seule évocation parcourt déjà notre corps de frissons...mais qui bénéficieront sans nul doute de la même attention que le jeu qui était au menu d’aujourd’hui. Totalement inédit dans son concept et le maniement de son personnage principal, Seasons after Fall fait parti de ces jeux de plateformes 2D qui de part son esthétique et sa réalisation sans faille séduisent et tiennent la dragée haute même aux "grosses productions". Riche en rencontres, le jeu gagne en intérêt d’heure en heure et il est difficile de s’en détacher. Le coup de pinceau et le trait du dessin sont des plus appliqués et pour ce qui est du plaisir de jouer, qui reste bien l’intérêt premier du domaine vidéoludique, eh bien à ce petit jeu là, Swing Swing Submarine place son bébé dans le peloton de tête. Seul bémol, contrairement au roman de Michael Ende et à l’œuvre cinématographique qui en découle de Wolfgang Petersen, malheureusement cette histoire n’est pas sans fin...

Note 18/20 : "faites la pluie et le beau temps..."

Répondre à cet article


Nintendo Switch - Sony Playstation 4 et PS Vita - Microsoft Xbox One - Jeux Vidéo PC - Jeux Vidéo Smartphone - Jeux Vidéo - Forum Cel - Cinéma, DVD et Blu-Ray - Mangas et Animation - Webou.com - Buffy, Angel, Firefly & Dollhouse

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0